Histoire

ORBEIL ET SES VILLAGES

 

Une voie romaine traversait la commune d'ORBEIL et les anciens du village disaient en avoir retrouvé des dalles, en creusant certains chemins. Dans la plaine du Chadis, des vestiges de colonne et de poteries, trouvés lors du creusement de fossés ou du travail des champs, attestent de la présence humaine depuis plusieurs millénaires. Le village d'ORBEIL est cité au IVe, des invasions ayant eu lieu par l'Allier, puis on en trouve trace au VIIIe puis encore au moment des guerres de religions.

 

A ORBEIL, au lieu-dit Barsou, la source et le lavoir sont visibles au bas du chemin. Mais il faut connaître leur existence pour retrouver les bacs à chanvre utilisés au début du siècle dernier. Le chanvre, cultivé à ORBEIL, devait subir plusieurs opérations avant d’être transformé en tissu ou en cordage : rouissage, teillage, broyage, filage, tissage. Les produits obtenus étaient utilisés sur place (tissu) ou expédiés, pour servir à la Marine : cordages, voiles de bateau, …

Mais ORBEIL est surtout connu grâce au passage de la reine Margot quand elle s'est réfugiée au château d'YBOIS. 

Le village du CHAUFFOUR est dominé par la butte d'YBOIS, un vieux volcan où s'élevait autrefois une puissante forteresse, détruite sous Louis XIII.

La butte d'YBOIS qui domine ORBEIL était couronnée par un puissant château fort que fit raser Richelieu.

 

La reine Margot, épouse d'Henri IV, fuyant les poursuites de son frère Henri III, et n'ayant point trouvé le seigneur De CHÂTEAUNEUF au rendez-vous qu'ils s'étaient donné à PERTHUS, passa l'Allier à gué et se réfugia dans la forteresse d'YBOIS en novembre 1586.

 

Et c'est là, au bout d'une semaine, que CANILLAC, après avoir assiégé la place, la fit prisonnière et la conduisit en USSON.

large.jpg

Jean V De BEAUFORT-MONTBOISSIER, marquis de CANILLAC, chevalier de l’Ordre du roi, conseiller en ses conseils d’État et Privé, est capitaine de 50 hommes d’armes des ordonnances du roi. Gouverneur de Haute-Auvergne sous Henri III, il est envoyé à Constantinople en 1584 comme ambassadeur extraordinaire.

Avant de partir pour le Levant, il a remis son commandement à Jean-Louis De La ROCHE FOUCAULD, comte De RANDAN, un fidèle d'Henri De GUISE, qui doit le lui rendre à son retour.

 

RANDAN, déjà gouverneur de Basse-Auvergne, devient ainsi maître de toute l’Auvergne. 

À son retour, la promesse de restitution n’est pas tenue par RANDAN et CANILLAC, prêt à tout pour récupérer son autorité, pense qu’en capturant la reine Marguerite il sera récompensé par le roi, qui lui rendra son gouvernement.

[mais il mourra en avril 1589].

A YBOIS, une légende court, sur le camée de la Reine Margot

 

Prés d'YBOIS jaillit une source limpide aux propriétés tout à fait merveilleuses. Pour obtenir la réalisation d'un souhait, il suffit de venir, la nuit de Noël, y jeter un bijou. On peut, dit-on, y voir encore une fois l'an, le camée que la Reine Margot y jeta.

 

Source: "Le Guide de L'Auvergne Mystérieuse", Annette Lauras-Pourrat

Le 1er château de la butte d'YBOIS et le château de Perthus

20036677001_3f44c9915a_h.jpg
large (1).jpg

Ils n'existent plus depuis longtemps.

PHOTOS D'ARCHIVES